Wirt overfeed, c. 1900

Discussions et échanges sur le thème des plumes et des stylos anciens.
Répondre
jpeg
Membre fondateur
Membre fondateur
Messages : 2575
Enregistré le : 23 oct. 2008 11:12

Wirt overfeed, c. 1900

Message par jpeg » 02 août 2010 08:23

Aujourd’hui, ce sera l’histoire d’un petit stylo bien ancien. Bien ancien, bien joli et bien intéressant parce qu’il présente des particularités qui ont très rapidement disparu sur les stylos à plume, les évolutions techniques et esthétiques étant très rapides aux confins des premières années du siècle dernier.

Le stylo est un Wirt américain. La firme Wirt a commencé à fabriquer des stylos au début des années 1880 et est très rapidement devenue un des premiers grands fabricants américains. Wirt fabriquait des instruments de très bonne qualité très recherchés aujourd’hui par les amateurs. On lira avec intérêt en parcourant les liens cités en fin de message l’histoire de la marque et ses rapports avec les autres grands fabricants de l’époque, en particulier L.E. Waterman avec qui les relations étaient excellentes, d’autres ayant fait les frais de la dureté en affaires de Mr Waterman. Paul Wirt lui-même, dont la biographie figure dans les liens sus-cités, semble avoir été un homme très respecté, un homme comme les aiment les Américains, qui faisait passer le bien de sa communauté avant ses intérêts personnels.

Image

J’ai déjà eu l’occasion de dire mon intérêt croissant pour les stylos des premiers âges, les stylos des origines, objets mystérieux, délicats, rares parfois, chargés des bouillonnements de l’esprit de l’époque, évolution certainement logique de l’amateur de stylos anciens. Un petit monde impressionnant, un peu trouble pour le profane, qu’on aborde avec lenteur et un peu d’inquiétude, pensant à la littérature, à l’histoire... Ces années de l’histoire, de la littérature, de la photographie américaines sont passionnantes, c’est pourquoi j’ai choisi en toile de fond des photos tirées du très bon livre « Ellis Island, Echoes from a nation’s past » publié chez Aperture en 1989, quand j’avais d’autres candidats qui auraient parfaitement fait l’affaire. Choix du fond, petit plaisir des essais. J’ai souvent dit mon peu de goût pour la photographie de natures mortes, vous trouverez de bien meilleures photos dans un des liens du bas.

Image

Ce Wirt a été fabriqué entre 1900 et 1905. Faute de documentation suffisamment précise, je préfère rester vague. Il m‘a été vendu comme datant de 1905, Alvaro dans le lien en fin de message parle lui de 1903. Le dessin et l'ornementation sont typiques des années 1900. Le stylo est fabriqué en ébonite noire guillochée (BCHR, Black Chased Hard Rubber) avec un très joli motif. L’empreinte dit « PAUL E. WIRT FOUNTAIN PEN, PAT’D JUNE 27.1882 & FEB 3.1885 ». Les deux bagues dorées, la première séparée de la section par trois cordons torsadés, sont finement gravées à la main. Le capuchon est ce que les Américains appellent un « straight cap » : cylindrique, il est de même diamètre que le corps et s’enfiche par friction sur celui-ci, il n’y a pas de pas de vis. Le stylo est, comme on peut s’y attendre, un eyedropper, il se remplit au compte-gouttes, comme la plupart des stylos des premiers temps. C’est un poids plume, le plus léger de tous les stylos que je possède : il pèse 8,5 grammes avec le capuchon, 7 grammes sans, c’est assez spectaculaire. Il est de longueur normale et très fin, 13,2 cm fermé, 12,3 sans le capuchon pour un diamètre d’ébonite de seulement 9,8 mm.

Image Image

Ultra-léger, eyedropper, voilà déjà deux caractéristiques qu’on ne trouve plus souvent. Mais cela resterait banal si ne venaient s’y ajouter deux autres bien moins courantes. La première est la plume et le système d’alimentation. La plume est une très belle plume fine flexible, sans trou, barrée d’un trait sur le dessous, avec peu d’iridium au bout. Son toucher est extraordinairement léger : on dirait utiliser un porte-plumes et une de ces plumes que les vieux machins comme moi ont connu à l’école. Si on parlait de cuisine, on parlerait d’un plat aux délicates saveurs, relevé de quelques épices très légers. Ce n’est pas une plume facile, mais quelle sensation ! Mais le plus intéressant est à venir, regardez bien la photo : le feed n’est pas, comme nous en avons l’habitude, au-dessous de la plume, mais au-dessus, ce qui donne une impression visuelle et une sensation dans la main très différents de ce dont on a l’habitude. Ce système overfeed sera rapidement abandonné en ces temps d’évolution extrêmement rapide des technologies. On lira à ce sujet les commentaires dans les liens cités.

Image

Parlant de ce feed, j’en viens à la deuxième particularité de ce stylo. Quand je l’ai vu pour la première fois, j’ai d’abord cru à une plume ajustable, à flexibilité réglable, parce que j’avais déjà vu des systèmes de ce genre où on faisait avancer et reculer le feed pour moduler la souplesse de la plume. Il n’en est rien ici : le feed est fixe et se prolonge à l’intérieur du corps par une espèce d’étonnante cuiller. On pense bien sûr tout de suite à la célébrissime Lucky Curve de Parker : j’imagine que, touchant la paroi intérieure du corps du stylo, cette « cuiller » sert à réguler le débit et à faire redescendre l’encre dans le réservoir par capillarité quand le stylo n’est pas utilisé. En tout cas, je n’avais jamais vu d’autre système de ce genre.

Que dire de plus à présent, sinon le petit bonheur de la découverte et de l’écriture avec un merveilleux petit instrument pareil ? Comment, lorsqu’on aime les stylos et la littérature américaine ne pas être fasciné par ce petit bijou chargé de tous les vents de l’époque ? Ces stylos anciens auxquels je commence à peine à toucher offrent des plaisirs multiples et subtils. J’avais déjà parlé ici d’un > superbe Crocker >, je parlerai bientôt d’un plus courant Waterman #13.

Parmi les ouvrages disponibles sur l’ancien, citons les Fischler et Schneider : "The book of Fountain pens and pencils" et "Fountain pens and pencils - The golden age of writing Instruments", qui parlent d’instruments oubliés dans d’autres livres. Merci à Alain Dbjay.

Trois liens : le premier est celui d’Estilograficas.net, où Alvaro > photographie le Wirt > bien mieux que je ne l’ai fait.

Le second est entièrement consacré à la marque Wirth, > histoire, biographie, photos... >

Le troisième, que les amateurs connaissent tous, contient de > bonnes informations également sur les Wirt >.

Voilà, en espérant vous avoir intéressés, en attendant vos commentaires et éventuellement des additions à cette présentation et à ces informations sommaires, en remerciant d’avance ceux qui pourront compléter ce message.

Jimmy

Loositen
Prussian blue
Prussian blue
Messages : 1539
Enregistré le : 19 juin 2009 12:34

Re: Wirth overfeed, c. 1900

Message par Loositen » 03 août 2010 04:02

C'est un étrange stylo que tu as acquis là à la frange, à la frontière du stylo plume et de... bin je ne sais pas trop. La plume semble être constituée de... cuivre? Enfin elle m'apparait telle à l'écran.

A dire vrai, je ne suis pas vraiment fan de ce genre d'instrument fuselé mais son grand âge m'impressionne toujours. Quand même, plus de 100 ans, ça donne le vertige non? Il est étonnament conservé et de trés belle facture. Peut être qu'à l'essayer mon manque de goût pour ce style changerait?

Compliments pour la belle écriture et au vu de celle ci, on peut supposer que la plume est somptueuse finalement; Est-ce que ça rappelle le porte-plumes que tu évoques de ton passé? Ah oui je viens de te relire. Le poids plume n'est-il pas une gène à l'usage? Je ne sais pas, le sentiment de ne rien controler en l'absence de poid à maitriser... J'essais d'imaginer.

Merci donc de cette présentation empreinte de nostalgie, ach... nostalgie du temps qui passe. Bon je ne me moque pas, j'y suis sensible aussi. Bien aussi ces photos de fond qui participent de ce sentiment!!

jpeg
Membre fondateur
Membre fondateur
Messages : 2575
Enregistré le : 23 oct. 2008 11:12

Re: Wirth overfeed, c. 1900

Message par jpeg » 03 août 2010 05:27

Oui, la facture est belle. La plume est en or bien sûr, fine, très flexible et très délicate. On a vraiment la sensation délicate du porte-plume. C'est ce que j'aime souvent avec les plumes, la nécessité d'avoir la main la plus légère possible, ce qui n'était pas le cas dans l'échantillon d'écriture posté ici. Il est certes plus difficile d'écrire avec ce stylo qu'avec une des plumes de bestiau qui sont la règle aujourd'hui, je ne pourrais pas m'en servir au quotidien, mais écrire quelques lignes avec est un réel plaisir. Concernant le poids, non, ça ne gêne en rien, j'ai toujours eu une préférence pour les petits stylos fins et légers, c'est avec ça que j'écris mieux quand il faut aligner les pages, la sensation de cet objet minuscule dans la main est très agréable.

Je n'ai pas d'intérêt pour l'antiquité en soi, je ressens toujours, par-delà l'intérêt technique historique, par-delà l'intérêt de l'évolution esthétique aussi beaucoup d'émotions mélangées avec certains stylos. Ici, on sent bien la présence du XIXème siècle européen au milieu des recherches techniques, et puis surtout tout ce qui tourne autour du stylo : le moment historique qui m'intéresse particulièrement, l'évolution de l'Amérique, le bouillonnement de l'époque, littérature, peinture, photographie surtout peut-être, le lien encore avec l'Europe très sensible dans le dessin. On est à un moment où tout va changer. C'est tout cela qui me rend ces objets intéressants, ce vers quoi ils ouvrent, ce qu'on apprend à travers eux, c'est cela qui vaut la peine.

Jimmy

Loositen
Prussian blue
Prussian blue
Messages : 1539
Enregistré le : 19 juin 2009 12:34

Re: Wirth overfeed, c. 1900

Message par Loositen » 03 août 2010 05:37

Oui je comprends bien ton sentiment. La belle époque et les nuages du changement à l'horizon, les nouvelles découvertes, l'industrie naissante, de nouveaux matériaux, un nouveau siècle.

Je comprends bien parce que je suis également sensible à l'histoire. Ton instrument d'écriture n'est plus tout à fait un porte plumes mais déjà un stylo qui n'a pas encore achevé sa mutation.

jpeg
Membre fondateur
Membre fondateur
Messages : 2575
Enregistré le : 23 oct. 2008 11:12

Re: Wirth overfeed, c. 1900

Message par jpeg » 03 août 2010 09:42

Pour aller dans ton sens, en France, à l'époque, on parlait de "porte-plume réservoir".

"Il y a mon porte-plume réservoir qui court qui court..." (Apollinaire, "Il y a")

J

simp
Bleu Mers du Sud
Bleu Mers du Sud
Messages : 9
Enregistré le : 26 juil. 2010 17:26
Localisation : Italie
Contact :

Re: Wirth overfeed, c. 1900

Message par simp » 05 août 2010 11:02

Merci pour ce revue, c'etait vraiment intesessante.

Mais j'ai un doute sur le nom, je savais que la société et le fondateur ont été nommés "Wirt" and "Paul E. Wirt". Mais cette plume est marques "Wirth", et je me demande si ceci n'était pas une erreur de marquage ou l'utilization d'un un nom différent pour la production pour un marché différent de celui des États-Unis .

Salut
Simon

jpeg
Membre fondateur
Membre fondateur
Messages : 2575
Enregistré le : 23 oct. 2008 11:12

Re: Wirth overfeed, c. 1900

Message par jpeg » 05 août 2010 11:26

Bonjur Simon,

L'empreinte dit "PAUL E. WIRTH etc...". Les Wirth que j'ai vu ici et là sont toujours marqués de cette façon (par "la plume", j'imagine que vous voulez dire "le stylo", la plume elle-même n'a pas de marque). Vous en avez vu marqués différemment pour les USA et pour l'export ?

J

simp
Bleu Mers du Sud
Bleu Mers du Sud
Messages : 9
Enregistré le : 26 juil. 2010 17:26
Localisation : Italie
Contact :

Re: Wirth overfeed, c. 1900

Message par simp » 05 août 2010 11:49

jpeg a écrit :Bonjur Simon,

L'empreinte dit "PAUL E. WIRTH etc...". Les Wirth que j'ai vu ici et là sont toujours marqués de cette façon (par "la plume", j'imagine que vous voulez dire "le stylo", la plume elle-même n'a pas de marque). Vous en avez vu marqués différemment pour les USA et pour l'export ?

J
Oui oui, je voulais dir le stylo... je m'escuse, mon français est assez pauvre.

Malheureusement, je n'ai pas de ces stylos, mais j'ai de la publicité américaine:

http://www.fountainpen.it/Categoria:Wirt_Ads

où il est appelé Paul E. Wirt, qui est aussi le nom mentionné sur plusieurs sites.

Je suppose que pour avoir que pour avoir une bonne prononciation qui ressemble plus à celui d'origine ont été utilisés des marque différents pour le stylos exportés vers certains marchés, mais ceci n'est évidemment qu'une supposition.

Simon

jpeg
Membre fondateur
Membre fondateur
Messages : 2575
Enregistré le : 23 oct. 2008 11:12

Re: Wirth overfeed, c. 1900

Message par jpeg » 05 août 2010 12:07

Votre français est excellent, Simon.

Je ne comprenais pas de quoi vous parliez, j'ai tourné en rond pendant un moment avant de comprendre : c'est moi qui ai systématiquement commis l'erreur, dans le titre comme dans le texte : il s'agit bien de Wirt, sans "h". Vous avez l'oeil, je vais corriger partout. Merci, je n'avais pas vu, comme quoi on passe à côté des fautes les plus évidentes.

Jimmy

Avatar du membre
Flying Dutchman
Midnight Blue
Midnight Blue
Messages : 244
Enregistré le : 17 janv. 2014 19:12

Re: Wirt overfeed, c. 1900

Message par Flying Dutchman » 20 mai 2014 17:05

Allez, j'avoue, je succombe au plaisir de faire remonter ce "vieux" message... Mais quelle simplicité et qu'elle beauté! Pourquoi aucune marque n'a-t-elle l'idée un peu folle, certes, de relancer un système qui en séduirait plus d'un, à mon avis? Un peu comme la mode des pignons fixes pour les vélos?
Les vieilles dames sont folles de la messe...

Monsieur le curé confesse à l'entresol...

Quel beau métier, professeur!

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités